Catégorie : Non classé

PLUSIEURS MILLIERS DE PERSONNES CONTRE LA HAINE ET LE RACISME DANS LES RUES DE MONTRÉAL LE 12 NOVEMBRE 2017

MISE À JOUR

Voici quelques photos supplémentaires sur la marche de cet après-midi, montrant la diversité  et l’unité dans la cause commune contre la haine, le racisme et l’extrême-droite

ET MAINTENANT ON SE DONNE UN RENDEZ-VOUS LE 25 NOVEMBRE À QUÉBEC POUR UNE MANIFESTATION POUR DÉNONCER LA MEUTE, STORM ALLIANCE ET L’EXTRÊME-DROITE;

 

Fort de l’appui de plus de 160 organismes de la société civile, plusieurs milliers de personnes ont marché contre la haine et le racisme au centre-ville de Montréal, le 12 novembre 2017. La marche a réuni des membres provenant de groupes de femmes, de groupes antifascistes et antiracistes, de groupes communautaires, de groupes minoritaires, des associations étudiantes et certains syndicats. Ils ont manifesté pour démontrer l’unité citoyenne contre la haine, le racisme et les groupes d’extrême-droite. Malgré les tentatives de provocations de ténors de l’extrême-droite et des alliés, la marche a réuni des familles dans une ambiance militante et festive.

Les slogans et bannières venaient de tous les horizons de la société civile.

Ceci est un premier jalon pour développer un vaste mouvement populaire contre la haine et le racisme à Montréal comme dans le reste de la province de Québec

MISE À JOUR À VENIR

Crédits photographes indépendants

Publicités

SEVERAL THOUSANDS MARCHED AGAINST HATE AND RACISM ON THE STREETS OF MONTRÉAL ON NOVEMBER 12, 2017

UPDATE ON THE DEMONSTRATION

Here a few new photos of the demonstration held this afternoon on the streets of Montréal;

We know give a new meeting point; NOVEMBER 25, 2017 IN QUEBEC CITY FOR A DEMONSTRATION AGAINST LA MEUTE, STORM ALLIANCE AND OTHER FAR-RIGHT GROUPS;

MORE TO COME IN THE COMING DAYS ABOUT THE EVENT IN QUEBEC CITY

 

Several thousands people took on the streets of downtown Montréal on November, 12, 2017 to denounce hate and racism and the Far-right. The demonstration united feminists, community organizations, antifascist and antiracist collectives, students, First Nations, member of visible minorities and some trade unions. They all joined together to say no to intolerance in our society. Despite efforts by the Far-right and some of its proponents, the march was a peaceful and family event.

 

The slogans came from all horizons, all united to Stand up against Hate and Racism.

This is an important step in the development of a large movement against Hate and Racism in Montréal and the rest of the Province of Québec.

MORE UPDATE LATER

Photos credits to independant photographers

RAPPEL IMPORTANT-MANIFESTATION DU 12 NOVEMBRE À 14H00 DIMANCHE À MONTREAL- CONTRE LA HAINE ET LE RACISME

UN RAPPEL IMPORTANT

Une importante mobilisation citoyenne contre la haine et le racisme se tiendra Dimanche, le 12 novembre 2017 dès 14h00 à Montréal. Le point de départ est le Parc Émilie-Gamelin, station de métro Berri-UQAM, au coin des rues Ste-Catherine et Berri.  Nous vous invitons à participer en grand nombre à cette marche populaire pour dire que le racisme et la haine n’ont pas de place dans notre communauté. C’est une occasion de démontrer le réseau citoyen contre les tentatives de l’extrême-droite de développer ses discours haineux, racistes et discriminatoires.

Cela est encore plus important avec la manifestation de l’extrême-droite en Pologne le 11 novembre. Nous avons également pris connaissance que l’Aut’Journal a ouvert ses pages aux théoriciens du complot véhiculé par les groupes de la droite Identitaire du MRQ et du PUN. On peut en effet, y lire, la chronique d’un certain Yves Claudé dans l’édition web du 10 novembre 2017, qui reprend les thèses du MRQ et du PUN; il faut dire que ce dernier publie régulièrement des photos et textes dénonçant les antiracistes sur les pages de divers groupes Identitaires au Québec ( voir article Apocalysme et extrême-droite-phase 3 le 12 novembre plus bas sur le blogue)

Le mouvement « antifa », criminalisé et s’orientant vers le terrorisme, agitant des fantasmes de lutte armée, représente actuellement au Québec, à la fois une rupture avec la démocratie, et un grave problème de sécurité publique, menaçant des entreprises, ainsi que l’intégrité physique de nombreux citoyens, progressistes, féministes, indépendantistes, autochtones, etc., mais aussi celle des professionnels des médias. Il doit donc se réorienter radicalement, pour être socialement et politiquement légitime.

C’est une attaque concertée contre le mouvement populaire, qui inclus plusieurs groupes progressistes, féministes, minoritaires et syndicaux, entre autres. L’Aut’journal avait déjà partagé ses pages avec des identitaires nationalistes et vu ses articles repris par le Mouvement de Libération Nationale du Québec (MLNQ) après le référendum de 1995. Claudé était le gourou de la Ligue de l’Arnaque Médiatique (LAM), groupe pseudo- antifasciste, qui est mort de sa belle mort suite à un reportage dévastateur sur les ondes de SRC- émission Le Point en 1993, qui soulevait les liaisons dangereuses de la direction de cette mascarade avec certains milieux ( voir Revue Commission-numéro 2-février1997).  Groupe dénoncé également par plusieurs organisations antifascistes, antiracistes du Canada, des États-Unis et de l’Europe. Et, également par  groupes communautaires et syndicaux ainsi que des individus progressistes en 1996 (Revue Commission- numéo 1- novembre 1996)

L’extrême-droite manifeste en Pologne et un mouvement pour la démocratie en Catalogne se développe

Le Samedi, 11 novembre, deux rassemblements aux visées diamétralement opposés ont déferlé en Europe.

POLOGNE

Profitant du Jour de l’indépendance de la Pologne, les néo-nazis, extrémistes de droite ainsi que plusieurs hooligans, ont organisé un rassemblement de près de 50,000 personnes dans les rues de Varsovie. Des membres de l’extrême-droite européenne, comme Tommy Robinson de la Grande-Bretagne, le leader de Force Nouvelle en Italie, Roberto Fiori, qui s’est sauvé de la justice italienne pendant 7 ans en Grande-Bretagne. Il était recherché pour l’attentat fasciste de la gare de Bologne en 1980 qui a fait 85 morts et plus de 200 blessés. Fiori était un membre du groupe néo-fasciste le Noyau de la Révolution Armée en Italie dont plusieurs membres ont été reconnus coupables de cet attentat fasciste. Fiori a échappé à justice et a repris la direction de Forces Nouvelles.  Des militants néo-fascistes de la Biélorussie, de la Slovaquie  et de plusieurs pays européens ont fait le voyage. Il y avait aussi des membres des néo-fascistes du bataillon  para-militaire ukrainien Azov, de même que les néo-fascistes du Jobbik en Hongrie, qui ont participé à la fiesta de la haine. Organisée par une coalition d’ultra-nationalistes et surtout par les militants d’extrême-droite polonais de l’ONR ( Jeunesse de la Grande Pologne), la manifestation a vite pris des allures de fête de la Pologne blanche, comme le souligne le correspondant de l’AFP;

Outre les classiques « Dieu, honneur et patrie » et « Gloire à nos héros », quelques slogans xénophobes ont été entendus : « La Pologne pure, la Pologne blanche », « Foutez le camp avec vos réfugiés » ou « A coups de marteau, à coups de faucille, battre la racaille rouge » – ce dernier compris à la fois comme anti-communiste et anti-russe.Un des orateurs animant le rassemblement a affirmé que « la culture chrétienne est supérieure à la culture islamique ».

Et, maintenant un montage parlant des réfugiés et de l’Islam comme un Cheval de Troie.

Comme le souligne des militants antifascistes, plusieurs personnes ne savaient pas qui était derrière cette marche, pseudo-patriotique pour fêter l’indépendance. Il y a eu une contre-manifestation citoyenne et antifasciste qui a bravement tenté de contrer le discours de l’extrême-droite européenne.

Il faut rappeler que le gouvernement Polonais de la droite radicale vient de lancer une campagne nataliste. Invitant la population à imiter le lapin, pour produire de nouveaux membres de la Grande Pologne et ainsi réduire l’importance démographique de l’immigration au pays. Voici l’image du début de la publicité du Ministère de la Santé;

CATALOGNE

Pour contre-balancer la fête de la haine en Pologne, on doit se réjouir de la vaste manifestation contre la répression politique et les droits démocratiques en Catalogne. Plus de 750,000 personnes ont marché dans les rues de Barcelone pour exiger la libération des prisonniers politiques et le retour aux droits démocratiques dans la région.Il ne s’agit pas de prendre position sur l’indépendance ou non de la Catalogne, mais de refuser les mesures anti-démocratiques prises par le gouvernement espagnol depuis le début octobre et du référendum

MOBILISATION CONTRE LA HAINE ET LE RACISME-MONTRÉAL LE 12 NOVEMBRE 2017 À 14H00

Face à la montée des actions haineuses, racistes et de l’extrême-droite, un large mouvement populaire s’est mis sur pied dans la région de Montréal. Au 8 novembre, plus de 163 groupes de divers horizons ont appuyé la manifestation populaire. La Manifestation se tiendra Dimanche, le 12 novembre 2017 dès 14h00 avec un départ de la Place Émilie-Gamelin, à la station de métro Berri-UQAM.

Un mouvement qui se développe au quotidien

Le regroupement a lancé l’appel large à la mobilisation lors d’une conférence de presse tenue le 1er novembre dernier.

Suite à cette sortie médiatique, une série d’activités ont été organisé pour sensibiliser les groupes de l’urgence de faire barrage à l’extrême-droite au Québec. C’est ainsi que le nombre de groupes signataires grandit de jour en jour.  Il est temps de passer un message de l’ensemble de la population que nous sommes unis et qu’il n’y a pas de place pour l’intolérance, le racisme et les préjugés. Il est également important de dénoncer la présence et les actions des groupes de l’extrême-droite qui sortent du virtuel pour tenter d’occuper l’espace public. Il importe de souligner l’importance de cette importante mobilisation citoyenne dans le développement d’une société respectueuse des droits démocratiques et sociaux. Voir la liste des groupes qui appuient la manifestation, en date du 8 novembre 2017 au;

http://manif12novembre.com/appel-et-groupes-signataires/

Le comité d’organisation a produit une série de documents de promotion, ainsi que des affiches en plusieurs langues, anglais,arabe, créole, espagnol et en français. Cela est disponible sur le site web de la Grande Manifestation;

http://manif12novembre.com/

Il existe également des tracts, en français et en anglais, sur le site.

Vous y trouverez, également, copie du journal Le Barrage, produit en français et en anglais ;

Il existe également plusieurs contingents qui se mobilisent. Nous avons un contingent féministe, avec les coordonnées facebook; https://www.facebook.com/events/153016891972412/

Il y a également un contingent pour les jeunes familles. Le groupe est nommé, Baby Bloc, pour faire ombrage aux fausses rumeurs répandues par l’extrême-droite sur la manifestation;

https://www.facebook.com/events/126805257992681/

Nous soutenons cette mobilisation citoyenne et appelons à l’ensemble de la population de prendre part à ce mouvement populaire qui se développe dans la région de Montréal.

No Pasaran!

Groupe de Recherche sur l’extrême-droite et ses allié(e)s- GREDA le 9 novembre 2017

 

LARGE DEMONSTRATION AGAINST HATE AND RACISM- MONTRÉAL, SUNDAY, NOVEMBER 12, 2017, 2 PM

A large popular movement against Hate, Racism and the Far-right is organizing a mass demonstration on the streets of Montréal. This Sunday, November 12, the rallying point is at Place Émilie Gamelin, Métro Berri-UQAM, at 2 PM, at the corner of Ste-Catherine Street and Berri Street. As of November 8, 163 groups from all horizons have joined and supported the mass demonstration of this Sunday. 

A growing movement of support

Following the press conference held on November, 1st, there has been a growing numbers of groups joining in the efforts to create a large community response to Hate and Racism.

Following the event, a series of meetings, forums were held to gather more support from the various communities to this important event. With the rise of racism and prejudices, we have also seen Far-right groups coming out of their virtual world. They try to have a presence in the public space by staging demonstrations, having meetings and sometime even assaulting members of visible minorities. We need to put a STOP to Hate and Racism. We need to build bridges in order to develop a large community based response to Hate and Bigotry. This demonstration is an important step in building such community response to defend our democratic and social rights. Here is the listing of the 163 groups endorsing the event, as of November, 8, 2017;

http://manif12novembre.com/en/appel-et-groupes-signataires/

The Organizing Committee has also produced a series of promotional materials. You have posters in Arabic, Creole, English, French and in Spanish languages.. All of this is available on the website  at; http://manif12novembre.com/

You can also find leaflets, produced in both english and french languages;

You will also find copies, in both English and French, of the Newsletter Le Barrage;

There are also a series of cotingent. For instance, there is a Feminist contingent, that you can find here; https://www.facebook.com/events/153016891972412/

For young families, an interesting Contingent of the Baby Bloc, is made up, basically denouncing the rumors spread by the Far-right on people opposing racism and bigotry;

https://www.facebook.com/events/126805257992681/

We fully support this event as an important moment in building bridges against Hate and Racism. We invite everyone to participate and make this event a large community response that can be the important step in our fight against Hate, racism and the Far-right in Quebec.

NO PASARAN!

Research-Group on the Far-right and its allies (GREDA)- November, 9. 2017

 

L’Apocalypse et l’extrême-droite-Phase 3 le 12 novembre 2017

Comme nous avons pu le constater dans les analyse des phases de l’Apocalype, selon l’extrême-droite, nous avons affaire à des organisations à l’imagination très fertile. Après le complot d’une guerre civile appréhendée pour le 4 novembre, puis une tuerie sauvage dans une Église du Texas le 5 novembre, maintenant le tout se déplace au 12 novembre dans les rues de Montréal! Le vaste complot qui mijote dans ces organisations ne semble n’avoir aucune limite.

Le 12 novembre- l’assaut final

Alors que plus de 153 organismes appuient une Marche contre la haine et le racisme qui se déroulera dans les rues de Montréal, les conspirateurs de l’extrême-droite croient qu’il s’agit d’un complot. Voyons comment le dirigeant du Mouvement Républicain du Québec voit la chose;

Guy Boulianne-15 octobre , 20h53· Montréal, Quebec

CECI N’EST PAS UNE FAKE NEWS – Hier soir, au rassemblement de la Fondation Équipe-Québec, un individu bien connu de la go-gauche, défenseur avoué des AntiFas, m’a accusé de diffuser de fausses informations (fake news) sur internet. Alors en voici une bonne :Alors que les AntiFas préparent un coup d’état aux États-Unis le 4 novembre prochain , les AntiFas d’ici préparent un soulèvement général au Québec, le 12 novembre prochain. En effet, sous la fausse bannière de vouloir dénoncer la montée d’un fascisme quasi inexistant au Québec, les AntiFas se préparent à combattre et à s’attaquer au nationalisme québécois dans sa légitimité la plus intrinsèque. Nous vivons des moments très graves. Il s’agit d’une sorte de putsch visant rien de moins que la démocratie dans son essence la plus vitale.

Une des victimes ciblées par cette manifestation sera rien de moins que le Parti québécois ! C’est encore plus grave lorsqu’on constate quelles entreprises et organisations soutiennent cette révolte fasciste des anarcho-communistes. En voici quelques exemples : Conseil central du Montréal métropoliticain de la CSN (CCMM-CSN) ; Association des juristes progressistes (AJP) ; Fédération des femmes du Québec (FFQ) ; Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN) ; Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) ; Association of McGill University Support Employees (AMUSE) ; Cercle des Premières Nations de l’UQAM ; QPIRG Concordia / GRIP Concordia

Cela signifie que des entreprises et des organismes ayant pignon sur rue, tel que la CSN, appuient le groupe terroriste domestique AntiFa ! C’est une véritable honte pour notre société !

Chers Ami(e)s, soyez assurés que nous vivons des moments très graves au Québec. Si tout ceci ne vous démontre pas le plan diabolique qui se trame derrière nous… eh bien, je me demande bien ce qu’il vous faut.

Posez-vous la question : Les médias en parlent-ils ? Le gouvernement fait-il quelque chose pour contrer ce mouvement déstabilisateur de notre société ? Le réveil sera brutal !

Ainsi donc, le regroupement populaire pour dénoncer la haine, le racisme et l’extrême-droite ne serait qu’un paravent pour un « putsch » contre le gouvernement.

Pour ne pas être en reste, la direction du Parti de l’Unité Nationale (PUN) va encore plus loin. Il importe de souligner qu’après le discours apocalyptique et islamophobe de Noel, lors du rassemblement tenu en juin dernier par le MRQ avec la Meute, on avait banni ce dernier.

Gilles Noel-16 octobre, à 13:03;

IMPORTANT – IMPORTANT – IMPORTANT : À PRENDRE AU SÉRIEUX!
LA GUERRE CIVILE AU QUÉBEC : UNE RÉALITÉ À NOS PORTES !
Nos médias nous parlent des antifas comme étant des « anti-racistes » et des « anti-fascistes », et ils parlent de la meute comme étant des racistes et des gens « d’extrême-droite ».
Est-ce le cas? Bien sûr que non! Depuis quand nos médias biaisés disent la vérité? Cliquez sur l’image ci-dessous pour visionnez l’excellent blog de Christian pour y voir une vidéo d’une durée de 1 minute 40 sec. montrant des anti-fascistes en train d’attaquer physiquement un Québécois dont le seul crime est d’avoir dans ses mains un drapeau des patriotes. Ils lui ont lancé des briques, frappé avec un bâton et finalement frappé la tête sur un lampadaire et cet homme aurait pu définitivement mourir de sa commotion cérébrale.La police que l’on voit dans la vidéo n’est pas intervenue pour le défendre.

Les « antifas » traitent tous les nationalistes ou les patriotes de «fascistes», « racistes » et « nazis ». Une fois que l’opposant est identifié comme un « nazi », il est déshumanisé. C’est une stratégie utilisée dans plusieurs guerres passées. Il devient donc légitime de le frapper, le battre et même le tuer. Et les personnes à abattre aujourd’hui sont les nationalistes et les patriotes du Québec et chose impensable dans une démocratie comme la nôtre, le Parti Québécois est sérieusement menacé. En parallèle à ceci, il est urgent de faire pression sur le gouvernement d’interdire toute manifestation masquée de quelque groupe que ce soit car cela revient à tolérer l’instauration de l’anarchie.

À cet égard Guy Boulianne lance un avertissement qu’il faut prendre au sérieux.Il est de notoriété publique que Georges Soros a versé 1,7 millions aux leaders antifas dans le but de renverser les démocraties pour les remplacer par des dictatures communistes. Les antifas sont le bras armé des globalistes (slogan : Fuck Québec, Fuck Canada, à bas les frontières). Aux élections de 2018, souvenez-vous que les libéraux du provincial et du fédéral n’ont pas levé le petit doigt pour les arrêter !

Maintenant, les groupes antiracistes, antifascistes et pour la défense des droits démocratiques sont financés à près de 1,7 millions$ pour renverser le gouvernement. Noel reprend la rengaine habituelle de l’extrême-droite dans ce vaste complot. Il ne manque plus que les Frères Musulmans et la finance secrète juive pour finaliser le portrait. Mais, c’est vrai, Georges Soros est d’origine juive!

Le chef du PUN a même envoyé une lettre officielle pour demander l’intervention policière;

Gilles Noel- 1 novembre, 10:29

PLAINTE DATÉE DU 29 OCTOBRE 2017 ENVOYÉE À LA DGEQ, À LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET À LA SÛRETÉ DU QUÉBEC pour intimidation, voies de fait, vandalisme et atteintes aux droits et libertés
À : M. Martin Coiteux, Ministre de la sécurité publique
M. Martin Prud’homme, Directeur général de la Sûreté du Québec
M. Pierre Reid, Directeur général des élections du Québec
c.c. : M. Philippe Pichet, Directeur du SPVM
M. Robert Pigeon, Directeur du SPVQ
M. René Martin, Directeur du SPVTR
DATE : Shawinigan, le 29 octobre 2017

Monsieur Le Ministre et Messieurs les Directeurs,
Je viens par la présente déposer, à titre de Chef du Parti Unité Nationale, une plainte en regard d’intimidation, de voies de fait, de vandalisme et d’atteintes aux droits et libertés de la personne pour des faits de notoriété publique. Lesdits faits furent et sont encore couverts par la presse écrite et les reportages télévisés durant l’année 2017 pour la majorité des cas.
Vous trouverez annexé à la présente plainte, le journal JUN (Journal de l’Unité Nationale) volume 5 numéro 2 dont les 12 pages sont consacrées à la description desdits faits de notoriété publique. La Loi énonce qu’une plainte ne puisse être acceptée qu’à la condition que les victimes ou les groupes de victimes aient rédigé un consentement écrit en regard de ladite plainte. Bien que ces conditions ne soient pas réunies pour l’instant, je considère essentiel de dénoncer cette situation inacceptable.
Nous vivons dans une société démocratique qui reconnaît la Suprématie de Dieu et la primauté du Droit dans la Constitution canadienne. La Charte des droits et libertés de la personne énonce comme droits fondamentaux : la sûreté, l’intégrité et les libertés de conscience, de religion, d’opinion, d’expression, d’association et de réunion pacifique. Mais lorsque lesdites libertés sont bafouées, il devient évident que la sécurité publique n’est plus assurée. Il devient alors nécessaire d’interpeller le Ministre de la sécurité publique afin qu’il intervienne en collaboration avec l’ensemble des corps policiers à sa disposition.
Les faits énoncés dans le journal JUN constituent des éléments de preuve pour appuyer la présente plainte, faits qui se résument comme suit :
(1) Des partis et mouvements nationalistes et/ou patriotes sont présentement victimes de menaces (certains ont même fait l’objet de menaces de mort) qui les empêchent de louer des locaux pour la tenue de leurs activités politiques;
(2) Des personnes sont victimes de coups et blessures de la part de membres de mouvements antifasciste ou végétarien ou contre la gentrification. De plus, des commerces et certaines propriétés publiques ont été et continuent à être vandalisés par ces terroristes;
(3) Des associations étudiantes telles que l’AFESH à l’UQAM ont fait l’objet d’enquêtes journalistiques qui ont démontré que des activités de terrorisme se sont concrétisées sous la forme de menaces au point d’empêcher la tenue du colloque sur le 150ième anniversaire du Canada et l’entrée des journalistes et personnalités politiques invités;
(4) Le groupe QPIRG (Quebec Public Interest Research Group) de l’Université Concordia a réussi, au cours d’assemblées générales peu fréquentées, à obtenir des versements annuels de centaines de milliers de dollars servant à financer les activités terroristes de Jaggi Singh ainsi que des associations connexes dont les manifestations violentes n’ont rien à voir avec un activisme populaire légitime respectueux des droits et libertés reconnus par les chartes canadienne et québécoise.
Pour rétablir une saine démocratie, il faut permettre à toutes les factions politiques de pouvoir s’exprimer notamment dans le (SMPECPQ) Salon des Mouvements Partis Et Convergence Politique au Québec. Actuellement, le SMPECPQ est l’unique voie proposée que le Directeur général des élections du Québec pourrait cautionner pour assurer la libre circulation des idées.
La contrepartie de cette ouverture démocratique est de réprimer promptement, avec sévérité, toute tentative d’imposer une idéologie par la force dans la population, que ce soit du côté de l’extrême gauche ou de l’extrême droite, extrême étant synonyme de recours à la violence pour imposer ses idées. Face à cette violence, la société est en droit de s’attendre à une protection policière. Lorsque des groupes masqués, armés accomplissent des actes criminels à l’égard d’autrui et de la propriété privée et publique, cela doit nécessairement conduire à des arrestations et des poursuites judiciaires pour rétablir l’ordre public.
Je dépose cette plainte confiant que les autorités responsables auront la volonté politique de prendre toutes les mesures nécessaires pour rétablir la paix sociale au Québec et assurer son avenir démocratique avant que l’irréparable (l’anarchie) ne se produise !
Gilles Noël, Chef du Parti unité nationale

Pour finaliser le tout, le MRQ a publié cette affiche sur sa page facebook;

Des menaces à prendre au sérieux

On peut facilement rejeter toutes les accusations farfelues véhiculées dans ces messages. Il y a même l’ensemble de l’extrême-droite au Québec et au Canada qui fait circuler une pétition pour faire classer le groupe « Antifa », comme organisation terroriste. Il faut rappeler qu’un tel groupe n’existe que dans les complots de l’extrême-droite. Alors que les groupes d’extrême-droite attaquent sauvagement des antiracistes comme lors de Charlottesville aux États-Unis en août dernier, avec un mort et de nombreux blessés. Alors que des groupes d’extrême-droite utilisent une moto pour foncer sur des manifestants pacifiques lors du 30 septembre dernier à Niagara Falls en Ontario, on veut criminaliser la résistance à la haine, au racisme et aux préjugés.  Ce sont les groupes d’extrême-droite qui ont mis sur pied la Milice du III%, groupe armé prêt au combat!

Soyons nombreux à se joindre à la Marche contre la haine, le racisme et l’extrême-droite qui se tiendra à Montréal le 12 novembre prochain. Il faut démontrer à ces complotistes d’extrême-droite que la population dit Non à la haine, Non au racisme et à l’extrême-droite.